Au large de l’Histoire – Kenneth White

Pendant le XIXe et le XXe on a cru, malgré tout, que l’Histoire était synonyme de Progrès. Qu’elle menait quelque part : à un grand État, au communisme universel, à un Supermarché du bonheur. Personne n’y croit plus. Personne n’a plus confiance dans l’Histoire. D’où un grand vide existentiel et culturel. C’est de ce constat que le dernier essai de Kenneth White prend son point de départ. Sans utopisme, sans prophétisme, sans réenchantement facile. Mais en entreprenant une navigation hauturière dans un espace de vie et de pensée, qui a toujours existé au large de l’Histoire. La navigation de White passe par cinq grandes escales : une analyse socio-politique de la fin de la modernité, ce que White appelle la médiocratie ; une investigation qui remonte aux origines de la culture ; l’examen de diverses tentatives de refondation sociale à travers le monde ; la question, posée encore trop timidement par l’écologie, de l’habitation de la Terre ; et pour finir, une critique de la situation contemporaine de l’art. Continuer de lire Au large de l’Histoire – Kenneth White

Thoreau compagnon de route – Kenneth White

On sait l’influence grandissante qu’exercent en France les textes de Thoreau, dont les éditions Le mot et le reste se sont fait une spécialité. Or, l’auteur qui a peut-être contribué le plus à cette influence souterraine depuis son installation en France à la fin des années soixante, est Kenneth White, lui-même auteur d’une œuvre considérable. Dans ce livre, il a rassemblé, retravaillé, en leur donnant un ordonnancement inédit, une dizaine de ses essais sur Thoreau les plus explorateurs. Le résultat est un volume compact, constituant non seulement l’étude la plus pénétrante qui soit sur l’auteur américain, mais qui, à travers Thoreau, ouvre un espace de vie et de pensée dont le monde contemporain a, de plus en plus manifestement, besoin. Continuer de lire Thoreau compagnon de route – Kenneth White

Mémorial de la terre océane – Kenneth White

En tout temps, le propos de toute poétique lucide et conséquente a été de créer un rapport substantiel entre l’être humain et la Terre. À une époque où l’on parle de sauver la planète, où les discours écologistes abondent, manque, de toute évidence (mais qui sait voir?) une parole à la fois profonde, intellectuellement et culturellement fondée, et spacieuse, c’est-à-dire faisant respirer l’esprit. Les livres publiés par Kenneth White au Mercure de France depuis la fin du XXe siècle – Les Rives du silence, Limites et Marges, Le Passage extérieur, Les Archives du littoral – vont tous dans ce sens. C’est dans ce Mémorial de la terre océane qu’ils trouvent leur apogée. Continuer de lire Mémorial de la terre océane – Kenneth White

Lettres aux derniers lettrés – Kenneth White

Huit essais percutants qui constituent un livre d’une grande ampleur et d’une rare densité.
Basés sur une analyse radicale du contexte culturel et intellectuel contemporain, ces essais explorent la notion de  » littérature mondiale  » lancée par Goethe au xixe siècle, notion que White prolonge et approfondit à son tour, en se concentrant, fondamentalement, sur le concept même de  » monde « .
Que l’on ne voie pas dans le titre de ce livre la moindre lamentation. Seulement la perception lucide que les lettrés de haut vol sont devenus rares, et le seront encore plus dans l’avenir. C’est pourtant chez eux que se poursuivra et se maintiendra la vraie vie de l’esprit. Continuer de lire Lettres aux derniers lettrés – Kenneth White

Le Grand Rivage – Kenneth White

La structure du poèmes est « périplique », au sens que Pound donne à « periplum » – pas une carte comme chez Thomas d’Aquin, mais un sens général de la configuration et de la direction. La différence est que chez Pound il s’agit de culture mondiale, tandis que ce poème est autobiographique, l’autobiographie (esprit, chair et os) étant située dans un contexte culturel spécifique. […]
Une autre description du mouvement général du poème consisterait à dire qu’il avance géographiquement vers le nord en direction d’une aire d’isolement et d’intégration, où un événement « simple » tel que la vue d’une veine de granit blanc (défini géologiquement comme le produit final du métamorphisme) courant le long d’une roche devient le signe d’une réalité intense. […] La première section du poème définit la fonction poétique : faire « du confus un monde qui dure » ; c’est là la fonction primordiale du poète, qu’expriment quelques-uns des plus vieux textes du monde, les Védas. Continuer de lire Le Grand Rivage – Kenneth White

La nuit rêvée de Kenneth White / France Culture

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=9706db59-5505-11e2-a7b7-782bcb76618d Rencontre avec l’un de nos grands écrivains européens, le franco-écossais Kenneth White, auteur d’une œuvre importante, par bien des aspects visionnaire, qui comprend la prose narrative, l’essai et le poème. L’impression que tout s’est passé en un clin d’œil. … Continuer de lire La nuit rêvée de Kenneth White / France Culture