Pour saluer Melville, Jean Giono

Moby Dick (qu’il devait traduire, en collaboration avec Joan Smith et Lucien Jacques) fut, « pendant cinq ou six ans au moins », le compagnon de Giono.  » Il me suffisait de m’asseoir, le dos contre le tronc d’un pin, de sortir de ma poche ce livre qui déjà clapotait pour sentir se gonfler sous moi et autour la vie multiple des mers. Combien de fois au-dessus de ma tête n’ai-je pas entendu siffler les cordages, la terre s’émouvoir sous mes pieds comme la planche d’une baleinière, le tronc du pin gémir et se balancer contre mon dos comme un mât. Mais… quand le soir me laissait seul, je comprenais mieux l’âme de ce héros pourpre qui commande tout le livre.  » De cette communion avec un livre et son auteur est né cet essai, où la biographie a l’allégresse et la spontanéité de la vie  » un homme d’un mètre quatre-vingt-trois, avec soixante-sept centimètres de largeur d’épaule  » s’anime soudain sous nos yeux, tel un héros de roman, plus vrai que nature. Continuer de lire Pour saluer Melville, Jean Giono

Voyage en Italie – Jean Giono

De Manosque à Florence, en passant par Milan, Venise, Padoue, Bologne, voici l’Italie de Jean Giono, romancier du bonheur. Le lecteur le suivra dans ses découvertes, avec un plaisir extrême. À chaque pas, le paysage et les êtres apportent leur leçon. Giono sait traduire le message d’une allée de cyprès sur une colline, du froncement de sourcils d’un Milanais, du battement de cils d’une Vénitienne. Il est délicieux de voyager avec un tel guide. Continuer de lire Voyage en Italie – Jean Giono