Dans la décomposition des vers

Pour Anna Akhmatova

Si c’est seulement pour une valse, souliers légers sur parquet vernis,

Quel prestige?

C’est un pied nu qu’il faut avoir enfoncé jusqu’à l’insoutenable,

Pour gagner à dire.

Et toi, que célébraient tous les auspices,

Qui traversas finalement le sang d’un siècle,

Tu as légué in extremis ce désordre de vers.

On les accepte.

Car on hérite, dans tes pas, du poids d’une malédiction, reconnue, implorée, vécue jusqu’à la lie.

Mais jamais tu n’as livré le secret, tu as cousu ta bouche, le souvenir t’a torturée ; tu es restée évasive.

Ainsi tu as gagné ta délivrance.

Qui comprend cela?

Si ce n’est le saule…

Au pied duquel l’humus fauve…


©Catherine Pierloz 10 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s