Just Kids – Patti Smith

On dit que les enfants ne font pas la distinction entre les objets vivants et inanimés ; je crois au contraire que si. Un enfant fait dont à sa poupée ou à son soldat de plomb d’un souffle de vie magique. L’artiste anime ses œuvres de la même façon que l’enfant anime ses jouets. Que ce soit pour l’art ou pour la vie, Robert insufflait aux objets son élan créateur, sa puissance sexuelle sacrée. Il transformait un porte-clefs, un couteau de cuisine ou un simple cadre de bois en œuvre d’art. Il aimait son travail et il aimait ses objets.


En regardant Jim Morrison, j’ai eu une réaction étrange. Tout le monde autour de moi semblait cloué, mais moi, j’observais le moindre de ses mouvements dans un état d’hyperconscience froide. Je me souviens de cette impression bien plus nettement que du concert. J’ai senti en voyant Jim Morrison, que j’étais capable d’en faire autant. Je ne saurais dire ce qui m’a fait penser ça. Rien dans mon expérience, ne me permettait de me dire que ce serait jamais possible, pourtant j’ai nourri cette prétention. J’ai ressenti à son égard à la fois de l’attrait et un certain mépris. Je sentais sa gêne profonde aussi bien que sa suprême assurance.


Mais, secrètement, je savais que j’avais été transformée, bouleversée par la révélation que les êtres humains créent de l’art et qu’être artiste, c’est voir ce que les autres ne peuvent voir.


J’étais complètement éprise des livres. Je voulais les lire tous, et ceux que je lisais généraient de nouveaux désirs.


es prières de Robert étaient semblables à des vœux. Il avait l’ambition d’obtenir un savoir secret. Nous priions tous les deux pour l’âme de Robert, lui pour la vendre et moi pour la sauver.
Il a déclaré par la suite que l’Église l’avait mené à Dieu, et que le LSD l’avait mené à l’univers. Il a dit également que l’art l’avait mené au diable, et que le sexe l’avait maintenu près de lui.


Le travail de Warhol reflétait une culture que je voulais éviter. Je détestais la soupe, et la boite ne m’emballait guère.
Ma préférence allait à l’artiste qui transforme son temps plutôt qu’à celui qui se contente de le refléter.


L’artiste recherche le contact avec la conscience intuitive qu’il a des dieux, mais afin de créer son œuvre il ne peut rester dans ce royaume séduisant et incorporel. Pour faire son travail, il doit retourner dans le monde réel. Il est de la responsabilité de l’artiste d’équilibrer la communication mystique et le labeur de la création.


Nous étions pareils à Hansel et Gretel, partis à l’aventure dans la forêt noire du monde. Il y aut des tentations, des sorcières et des démons dont nous n’avions jamais rêvé, il y eut des splendeurs que nous n’avions pas devinées.


J’aspirais à l’honnêteté, mais découvrais en moi de la malhonnêteté. Pourquoi se consacrer à l’art ? Pour se réaliser, ou pour la beauté du geste ? Ajouter au surplus semblait pure complaisance à moins d’avoir à offrir une illumination.


Tu ne peux pas te planter quand tu improvises.

Et si je fiche tout en l’air? Si je bousille le rythme?

C’est impossible. C’est comme les percussions. Si tu rates une pulsation, tu crées un nouveau rythme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s