L’épaisseur de l’instant, Pom Bouvier b

L’épaisseur de l’instant, Pom Bouvier b

J’affectionne les couacs, les vibrations non souhaitées, les cordes qui frottent. Car ces sons non désirables ouvrent des imaginaires enfouis.

La beauté des rebuts est certaine.

Je n’en maîtrise pas moins mon geste sur l’instrument ou avec un objet que je manipule. Ce que je maîtrise, c’est ma présence, mon écoute et le fait d’assumer un geste même si je ne sais pas, parfois, le son qui en résultera. La maîtrise n’est pas dans le contrôle mais dans la présence.


rêver est le pays qui apparaît lorsqu’on laisse la chute advenir


écouter …………………..tendre l’oreille ………………….prêter attention

découvrir petit à petit les agencements du monde – déceler les multiples effeuillages possibles – chercher dans une apparence d’immobilité et d’absence – les multiples chemins qui construisent un sens


Les choses ont besoin d’être usées. L’obsession sert d’usure.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s