Ravissement à perpétuité – Jonathan Charette

Je m’enveloppe d’un suaire violet et sors de chez moi. J’appartiens à cette race de fous pour qui la précipitation repousse la nostalgie.


Pour mes capteurs de douleurs, des parts dans l’usine où des adolescents inventent des matins.


Le prospecteur

Pendant que nous écoutons des phalènes, un jeune

homme tout juste gracié apparait. La nature occupe

le moindre centimètre. Peau maculée de mousse vert-

de-gris, rhizomes dans les cheveux, yeux pareils à des

pierres prêtes à éclore.

Tandis que la pluie ruisselle sur ses crevasses, il lance :

« Diplômé en désertion, je creuse dans mes écueils

et manipule des milliers de cailloux. Mon fanatisme

encourage les insultes. Trop souvent mes muscles

pleurent dans un coin, il faut alors avaler trois litres

d’azur. »

Quelques coups de pioche dans son cœur provoquent

une avalanche de pépites plus pures que les ampoules

sauvages. Une par une, il les revend aux architectes

chargés de construire des chambres pour les papillons

volubiles.


Arpente le cataclysme, construis-y un bivouac, mais pas ton palais.


Sculpte des prothèses en marbre pour les récifs érodés.


Apprenti, mémorise le dialecte de la décadence sans jamais oublier ta langue maternelle.


A la recherche d’une euphorie perpétuelle,

il délaisse les jeûnes

et découvre une machette souillée,

comme s’il s’agissait de sabrer d’un coup de vent,

il sectionne la jugulaire d’un typhon

pour inhaler le printemps au grand complet:

les points cardinaux perdent toute signification,

la vision devient trouble, la parole titube.

L’extase atteint un règne sans fin

lorsque le présent kidnappe la pensée

et que le corps refuse de payer la rançon.


Ne barricade pas l’oasis : la nature doit y laisser les traces de son déferlement.


Explore l’espace torride où le condors voltigent au-delà de la suffocation.


Grave ton nom dans le code génétique de chaque oiseau.


Apprenti, accepte ton héritage : l’émerveillement constant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s