Hécate – Pierre Jean Jouve

Je me vois couchée, fatiguée! dans mon lit de jeune fille.Un arbre pousse du matelas, entre mes genoux et vers les hanches, un arbre dur, méchant comme un crocodile. Cet arbre me condamne à mort; il fait que je suis clouée vive dans la terre. Je suis condamnée à mort mais je ne souffre pas. Une vieille femme « qui a fait beaucoup de théâtre » se tient à côté de mon lit et songe. Elle rit de temps en temps. Mon sang s’écoule mais la vieille le recueille dans ses mains et dit : « Il ne faut pas le laisser perdre. » Elle ajoute qu’à la fin heureusement on m’entendra hurler de toute la terre!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s