Les Chevaux fantômes et autres contes – Karen Blixen

Je sais, dit lord Byron, vous allez me dire que d’ici cent ans les lecteurs du monde entier auront mes livres dans leurs bibliothèque, d’où ils les tireront avec autant d’admiration que de plaisir. On me l’a déjà dit.

Mais mal dit, milord, mal dit, rétorqua Pipistrello. D’ici cent ans, on vous lira bien moins qu’aujourd’hui. Dans les bibliothèques, vos livres se couvriront de poussière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s