Rapines et farandoles

Je tire les démons à moi.

Ils s’accrochent à leurs rapines.

Je voudrais danser avec eux la farandole de Saint Guy.

Ils s’encroûtent dans des enfances toxiques et ont des reflux vexatoires qui piquent le tain des miroirs.

Les chats se cachent sous les lits des accouchées.

Ils lapent les plaies héritées des limbes.

Les infécondes les chassent à grands cris de casseroles.

Le monde reste incertain.

©Catherine Pierloz-2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s