L’oiseau des morts/M-A Adamek

Cette certitude avait fini par s’ancrer dans ma tête d’oiseau : une chose n’existe vraiment que si son nom la porte et survit à son absence, sinon, elle n’est qu’une vision fragile que la multiplicité bientôt désincarne. J’avais été ce reflet furtif à la surface du fleuve, cette croix d’ombre glissant sur les blés d’or ou barrant le ciel de son vol obstiné. J’avais été plaisir et douleur, soumission et colère et maintenant, je m’appelais corneille. Ce simple mot semblait contenir toute ma vie. (p. 51-52)

De mon observatoire, je surplombais les toitures du manoir et les coteaux avoisinants. Ma vision portait au-delà de la vallée, vers les étendues de champs clairs où glissait l’ombre rapide des nuages. Il n’était pas un jour sans que l’envie ne me surprît de m’élancer à la rencontre de cet horizon éclatant. Mais l’infini me rappelait soudain le regard d’eau de Barbelune et le murmure des feuillages portait les échos de sa voix. Ma liberté n’était plus à la traversée des espaces invisibles ni à la découverte de terres inconnues. D’une aile soumise, je regagnais la fenêtre entrebâillée. (p. 60)

Marcel-André Adamek, L’oiseau des morts

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s