Ici s’achève la migration des oiseaux/Mahmoud Darwiche

« Ici s’achève la migration des oiseaux, notre migration, la migration des mots.
Et après nous, un horizon pour les nouveaux oiseaux ; après nous, un horizon pour les oiseaux nouveaux.
Et nous qui battons le cuivre du ciel, nous battons le ciel pour qu’il creuse des routes après nous.
Nous nous sommes concilié nos noms au versant des lointains nuages, les nuages lointains.
Nous descendrons bientôt comme des veuves dans la place des souvenirs
Et nous dresserons notre tente pour les ultimes vents : soufflez, soufflez, que vive le poème
Et vive le chemin qui y mène. Après nous, l’herbe croîtra, l’herbe s’élancera
Aux abords des chemins que nous sommes seuls à avoir foulés, des chemins inaugurés par nos pas têtus.
Là, nous graverons sur les derniers rochers : vive la vie et vive la vie.
Puis nous tomberons en nous-mêmes, laissant après nous un horizon pour les nouveaux oiseaux. »

Mahmoud Darwich

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s