Francis Midal / Comprendre l’art moderne

Extraits

Regarder les œuvres d’art

Piège : souci d’exhaustivité, d’érudition,

Bien : amour, épreuve qui met en jeu notre être tout entier et fait appel à nos sentiments les plus profonds, mettre au jour son propre rapport à l’œuvre, effort d’attention et d’écoute (entendre, voir, demeure une grâce qui se mérite), entrer véritablement en contact avec l’œuvre.

La modernité

Le destin moderne invite chacun à établir un rapport neuf à tout ce qui est, c’est-à-dire une rapport qui ne s’établit sur aucun savoir déjà établi au préalable.

Il faut avoir l’oreille assez fine pour entendre ce qui nous échoit.

Le percevoir exige de s’être dégagé des problèmes courants qui rongent notre existence, du confort des habitudes, de nos intérêts divers et fluctuants, de la lâcheté qui tue l’esprit en nous et du réseau de médiocrité dans lequel chacun de nous est pris.

S’engager dans la modernité implique, au contraire, de témoigner de son propre rapport au monde, de l’explorer, de le faire venir au jour – et ce, au risque de vivre dans la plus grande inquiétude, solitude et incompréhension.

Se libérer des poncifs du temps implique de cultiver une exigence d’authenticité extrême, une mise à nu, une acceptation soutenue de notre singularité la plus vive.

Cette quête de l’authenticité ne renvoie pas aux passions personnelles.

Donner droit à notre singularité repose sur une discipline extrême.

Baudelaire : l’écoute des correspondances, découvrir dans chaque expérience une unité plus vaste et une harmonie inaperçue.

Plus jardin secret d’un lyrisme intime mais le point focal d’une présence au monde.

Poète critique (« Je plains les poètes que guide le seul instinct, je les crois incomplets », Baudelaire)

Le poète moderne n’a pas à participer à l’organisation sociale de son temps mais à sauvegarder – fut-ce au prix de douloureux renoncements – l’espace à partir duquel s’éprouver.

Baudelaire décrit l’artiste moderne comme étant ce héros qui a le courage de soutenir le désastre de son abyssale solitude – celle de l’homme moderne privé de communauté comme d’un monde sacré. Il nous invite à en explorer courageusement les contours. Ne nous réfugions pas dans un passé perdu, mais faisons jaillir le « côté épique de notre vie telle qu’elle est ».

L’artiste moderne ne doit pas abandonner la grandeur, mais doit tenter de la repenser à neuf pour mieux en être le chevalier.

Opposition au moderne

Le mouvement qui s’oppose à la modernité est toujours le même – un refus d’affronter le présent à partir du présent

Notre tâche aujourd’hui

Les Grecs se déprennent de la nature orageusement panique qui est leur fond pour tenter l’accès au domaine le plus opposé : celui de l’institution ou du statut, c’est-à-dire de la différenciation et de l’équilibre.

La Grèce n’est le règne magistral de l’équilibre que dans l’effort souverain et athlétique pour l’atteindre.

Chez nous, le mouvement doit être inverse à celui des Grecs sans être pour autant mécaniquement symétrique. La clarté nous est naturelle. La tâche qui nous échoit est donc de conquérir la dimension panique ou, dit Hölderlin, le climat de l’enthousiasme excentrique.

Tel est le devoir de la modernité : éprouver ce commencement pour repenser le sens de notre histoire toute entière.

Par le bouleversement de l’habituel, il remet en liberté le statut en retrait de l’initial.

Un trait de la vérité de notre temps : un retrait des dieux eux-mêmes qui se sont détournés de nous.

Hölderlin invite ici à faire l’épreuve de l’abîme – et non à chercher des solutions. Tel est l’effort propre de la modernité : affronter l’absence de dieux.

Notre temps se caractérise par la disparition d’un monde que nous pouvons habiter.

Faire face à ce retrait du divin sans pour autant nier la dimension du sacré, voilà le défi de tout artiste moderne.

À l’écoute des traces en tant que mémoire d’une présence.

Seule la poésie fait l’épreuve de la vérité de notre temps.

Lien vers site de Francis Midal

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s