Femme squelette

Deux silhouettes s’en viennent.

Sont là pour me prendre mon bien.

Deux silhouettes s’en viennent.

Me pétrifient l’âme.

Je leur donnerai mon bien.

Deux silhouettes comme des corbeaux géants ou des ours blancs.

Me laissent dépouillée au fond des mers.

Squelette en train de compter l’éternité.

Repos blanc.

Durera longtemps.

Faut récupérer son âme.

Disparue au gré des flots.

Un pêcheur la ramènera.

Prisonnière d’un arceau de bois.

Arceau de bois tendu tambour.

Âme dedans.

A nouveau chantera.

©Catherine Pierloz 2014


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s