Edgard Varèse / Déserts

Désert de Varèse est un long cri qui atteint à un paroxysme où, ne pouvant plus durer comme cri, il devient silence. A travers cette œuvre, le poète Fernand Ouellette ,  » ce n’est plus seulement la tragédie de l’homme, mais c’est aussi la tragédie des éléments, des animaux, des plantes, des astres; c’est l’expression de ce qui est souffrance, mal, désespoir, néant; c’est l’expression de ce qui dans l’être, dans les êtres, est aliéné, n’arrive pas à l’accomplissement, à la plénitude, à sa fin. » (Francis Midal)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s