Giancito Scelsi / Pfhat

This composition for chorus and orchestra from 1974 avoids the ponderous style sometimes called the « new religiosity » (Gorecki, Taverner, etc.) which even Scelsi at times employs to depict mythologies of Buddhist, Egyptian, Latin and other ancient cultures. « Pfhat » instead employs a concentrated pallette of beautiful and unique sounds and compositional ideas: breathing sounds from the chorus, the orchestra in an imitation of a single giant ringing bell, a lovely finale for two flutes holding a dissonance surrounded by what seems like a hundred small, tinkling bells, and so on.

Description by « Blue » Gene Tyranny

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s