Je me sens écrire

C’est aérien. Quelque chose au niveau de l’esprit, par-dessus la tête.
Ça cherche à capter un début de phrase.
Un début de phrase, c’est le début d’un fil qui n’a plus qu’à se dérouler.
Très important.
Ça porte tout en lui : le ton, le tracé, l’espace à ouvrir.
Par-dessus le cerveau, se génère une matrice.
Écrirene précède que rarement  l’envie de dire.
Ce qui est à dire se cherche un chemin, et des mots.

C’est aérien.
Ça se passe au-dessus de la tête.
Dans la sphère flottante du cerveau.
Mes doigts n’ont pas besoin d’écrire.
L’immobilité et la passivité me vont très bien.

C’est aérien.
Au-dessus de la tête se génère une matrice.
Quelque chose est à dire.
Il faut absolument attendre de trouver le bon bout, à partir duquel tout se déroulera.
Tout le travail est là, volonté et passivité mêlées.
Laisser émerger, ne pas effarouche, éviter la hâte.

©Catherine Pierloz2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s