J’oublie (Oblivion) / Astor Piazzola

Lourds, soudain semblent lourds
les draps et velours de ton lit
quand j’oublie jusqu’à notre amour

Lourds, soudain semblent lourds
tes bras qui m’entourent
déjà dans la nuit

Mon bateau part, s’en va quelque part
les gens se séparent,
j’oublie, j’oublie

Tard, autre part dans un bar d’acajou
des violons nous rejouent
notre mélodie, mais j’oublie

Tard, on se sépare dans un joue contre joue
tout devient flou et
j’oublie, j’oublie

Court, le temps semble court
le compte à rebours d’une nuit
quand j’oublie jusqu’à notre amour

Court, le temps semble court
tes doigts qui parcourent
ma ligne de vie.

Sans un regard,
des hommes on s’égare
sur un quai de gare,
j’oublie, j’oublie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s