Nadia et Yvan, à propos de Eve

Yvan et moi restons souvent silencieux pendant les soirées que nous passons ensemble au coin du feu. On pense à Eve, elle reste notre seule préoccupation. On reste hypnotisé par son mystère. Yvan l’a un jour découverte, assise sur un banc, auréolée des fleurs blanches d’un pommier au printemps. Elle était plongée, profondément, dans ses pensées. Ce sont ces pensées que nous ne connaîtrons jamais. Nous ne saurons jamais où elle allait quand elle s’échappait ainsi de la réalité. Et pourtant, c’est à ces lieux-là que nous sommes attachés, c’est ce qu’elle ramenait de là-bas qui nous a nourri.

Je vis avec Yvan aujourd’hui. C’est un vieil homme à l’allure triste et noble. Il me dit parfois : Tu te rends compte ? Tout ce que tu as vécu n’aurait jamais existé si je n’avais pas été attiré par cette femme, sur ce banc, par cette après-midi de printemps. Cela a pris une seconde et un monde s’est ouvert. Il était déjà trop tard pour faire marche arrière. Tu te rends compte ? »

Personnellement, plus j’y pense, plus il me paraît clair que c’est Yvan qui a ouvert cette porte. C’est lui qui a aimé envers et contre tout. C’est la force et l’aveuglement de son amour qui ont ouvert ces portes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s