La vie en prison

La vie en prison ne m’a pas dérangée. Je me suis reposée. J’ai d’abord cru que les grands espaces et la nature me manqueraient. Mais comme je savais que je ne resterais qu’un an, j’ai pu supporter cette privation. Je vivais comme en hibernation. J’observais les autres femmes. Mis à part Eve, j’en avais connu très peu dans ma vie. Cette année de prison est passée très vite, parce que ma curiosité était sans cesse sollicitée. Je ne comprenais pas les raisons de leurs disputes, fréquentes, et de leurs cris stridents. Elles me faisaient penser aux mouettes qui s’arrachent un poisson. Souvent d’ailleurs l’une ou l’autre me faisait penser à un animal ou à un élément naturel. J’oscillais sans cesse entre observation et souvenir. J’ai énormément pratiqué le jeu de Foka qui consistait à me raconter ce que j’avais vécu. En prison je repensais à toute ma vie. J’ai pendant très longtemps cherché le mot qui pourrait la résumer. Finalement j’ai trouvé EVE. Et je l’ai accepté comme une évidence. Pourtant, depuis que j’avais quitté la maison, je n’avais jamais pensé à elle. Et même lorsque je vivais avec elle, il y avait une distance entre nous que j’imposais. Et tout à coup, j’ai réalisé qu’elle était le fondement de ma vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s